Paroles de “Human. :||: Nature.”

Music

Before You
My home was in the wind and surf
The birds and rain, voices of the northern lights

Then you came
I joined you beyond the aeons
As you blew your cave bear bone
And began to hum

Eradicate the torment of a heavy heart
Emancipate the deaf
Sing the graceful third part

Then orchestrate an air
For only you to sing
Caress it deep
It’s always there to unlock the stars
To enter

Music
Fanning the flames of a mystery
Deepening the listening
Losing
Yourself to the endless symphony
Of now

You want to dream?
Want a tale in major scale?
Wish to leave the hollow,
To dance with Pan?

Can you hear the brave
Drum from the moors?
Follow the beat
And leave the noise behind if we be lovers

Performance starts,
Come join the gathering
And you will leave with a wildflower after taste

Become the kind who still
Laughs at butterflies
Give me a home inside you until the final
Thank you and a good night

Music
Fanning the flames of a mystery
Deepening the listening
Losing
Yourself to the endless symphony
Of now

Human
Singing the tale of another man
Have you ever heard
Music
It is coming, coming, coming your way
The very first song

In here, I am the silence of sound
Curing the common show
For the steady song
There, I’ll greet the greedy crowd
But will never, ever sing to them

Tick-tock, time stops
Follow me into the fog
To the hilltop
Follow the call sky-clad
Evoke the hum
Allure the sirens

All it took was
Time and silence

Noise

Crave the machine
Revere the screen
Zoom in for flak and misery
Bleed some pixels

Shoot yourself
Pose for the dead
Have a near-life experience
In a hot air matrix

Now you're a star
Vain avatar
Feeding the beast
In your loud Egoland

You have become
Tool of a tool
Digital ghouls
Telling you to
Shut up and dance!

Color a yarn and the crowds will gather

Noise
From a sunless world
Your mirror is black, only a copy stares back
At a slave of brave new world
Noise
To decoy the human voice
Brain insomniac, paranoiac
Endless noise

Please love me
See how I bleed
Please endure
I have such empathy in me

Hum, noise, hum
Beautifully numb
Tapping the quiet air
To have a meaning

By a carrion
Sad hologram
Lost in the maze
The real and human feel

Sunset is free
From this deity
The Earth has a real voice
Go out and get in

I will follow

Color a yarn and the crowds will gather

Feast your eyes on the black mirror
Feed the beast, join the gathering
Tell a tale
Feast of fears is drawing nearer

Beyond the human horizon
Something terrifying sleeps

Shoemaker

Now you’ve been tucked in
For eternal earthrise and wonder
A sailor through aeons
Story unheard
Howling at the earth
Yours the whole graveyard of heavens
A ship that sailed home

You’re with us, face of the night
Singing through the morn for mankind
I want to sing with you
You’re home now, outward urge
As with every dreaming creature
We want to come with you

Here I came to be
Your reach into the far
On the stellar sea
Cut in little stars

We all wait the due night
Beauty which is worth the hurting
We’re coming to join you
Hope revived for a lifetime
To rekindle the human spark
In love with the night

Now you’ve been tucked in
For eternal earthrise and wonder
A sailor through aeons
Story now heard
Howling at the earth
Yours is the whole starmap of heavens
Of myriad endings

We came here to be
A waypoint to the far
On the stellar sea
Cut into little
Stars calling with the sound
Of a dreamlike dulcimer
We came here to stay
With your guiding light

“And when he shall die
Take him and cut him out in little stars
And he will make the face of heaven so fine
That all the world
Will be in love with the Night
And pay no worship to the garish sun.”
– W. Shakespeare, Romeo and Juliet

Laudato Si
Ad Astra

Harvest

My harvest will come
A tiny valorous straw
Among the millions
Facing to the sun
I will pause before a man
Whose path has just begun
Something unsung our way comes

The quaternary code
Gave mankind a rose
So we could see the beautiful die
The strange peace of storm
Hovers over crops
And a child's face aglow before the scythe

Join the harvest of hundred fields
Hearty and tame
All going back to one single grain
Offer light to the coming day
Inspire a child
Water the field, surrender to the earth

They have beauty beyond all poetry
But choose a silent misery
The deeper their sea, the less remains
They'll find the pretty words
And tame flocks to herd
There's that, or a carousal of dare

Join the harvest of hundred fields
Hearty and tame
All going back to one single grain
Offer light to the coming day
Inspire a child
Water the field, surrender to the earth

Arrive alive

Pan

Once there was a silent canvas
Sleeping stories unimagined
Birth of what if’s, hope and wonder
Winds will be named, words will shelter

Then, something wicked their way came
Showed a way to the great escape
Evoke the worlds, sparked the brain
An ape in awe before a door

To labyrinth
To Keystone Earth
To fallen stars
To there and back

We’re the writers
Of another way to be
We’re the writers
Of whatever we cry home

A moment alone
With unbeknown
Reset the world
Imagine home
A primal need
To touch the stars
Only way there
To enter

Imagine music, dance, illusion
Tales of Dust, of man in the moon
The sea lady, snow, glass, apples
It is stories that built cathedrals

Then, something wicked their way came
Showed a way to the great escape
Evoke the worlds, sparked the brain
An ape in awe before a door

A moment alone
With unbeknown
Reset the world
Imagine home
A primal need
To touch the stars
Only way there
To enter

To lose yourself
To find who you are
Follow your tale, remember your name
Enter the woods
Tir na Nog
And bring back the Good

A pale blue theatre stage
A feast of beautiful tragedy, wonderful fantasy
The play is yours to write
Yours to live
Ready the night by a playwright

How's The Heart?

We see a mother with no child
We meet a stranger poor, exiled
How’s the heart while it still beats?
Asks a no-one
Another John Doe

Sorrow hides well in your shell
A fellow man with hurt to spare
Dear one,
Here I am to share the fear
An act of kindness
Without an amen

How’s the heart
Underneath the silence?
How’s the one
Drowning in the mire?
Let us sound a human paean
Come in, the fire’s warm
Burn the rope and dance some more

We met where the cliff greets the sea
Shared a story, took the leap
Rose up rooted, hid a note
You know where
You’ve been there

Now there’s one who came from me
A child of light, another tale
Dear one,
Night will come but not to stay
Why?
The answer is in the

How’s the heart?
Underneath the silence?
How’s the one
Drowning in the mire?
Let us sound a human paean
Come in, the fire’s warm
Burn the rope and dance some more

Fair winds my love
Fly towards the calm
Fly utterly lost
Towards a beating heart

How is that heart
Underneath the silence?
How is the one
Drowning in the mire?
Let us sound a human paean
Come on in, the fire's warm
Dull the blade and dance some more

Procession

A Cradle Earth, horizons unseen
New world in thirst, for the arcane
We are, singers of the gone
We remember, as along came life

A Cradle Earth, horizons unseen
Birth of one, and a zillion sideshows
We are, we were, and will not be
We remember, as along came acorn

Another birth, another moss green
New world in thirst, for the unseen
An empty zoo, a starlight vigil
Will have a visit, as along came heartbeat

Another birth, another monster
Endless forms, towards the stronger
Menagerie, of a new world order
We held our breath, as along came suffering

We remember, father Pikaia
Gave the way, as along came Sapien
The Cradle Earth, welcoming its newborn
Aeons since that very first acorn

Together now, in this timeless parade
The living lie, dead afraid
Then they saw the moon, and found caring
We remember, as along came writing

Such worlds were there, zoos dead again
After all, we should’ve never appeared
Spaceship earth, through the fields of time
They understood, as along came wisdom

We have been here a while
At the end of Pi, as along came harvest

We will remember all the suffering
We wrote this in a tongue you will understand
Words and melodies with a touch of coloring
We were there and will remember mankind
Our kin
Aeons ago

Tribal

10000 tales for the curious kind
Bazaar of heavens for a hive mind

Abraham cut into three
Man found gods and began to preach

Suffering loves faythe loves suffering
Smile to elders like a good doll
Repent, accept, separate yourself
Suck the aureate tongue

Sing the praise of your creation
Bride prices, thought crimes, blind minds
The word hides vivid monsters
To bed the tribal itch

Endlessness

I am the one you call the Thief
Universe, blank verse, crowded hearse
I am a haven by an unseen stream

I’ll sing the dawn in with you
Now that you have a voice
Earthbride amongst the carrion kind

Walk with me to your sea

Someone in the tomorrow
Is waiting for me
Someone to share the Thief with
Dust with a meaning
Precious and rare

I am the grass, the maggots and the dust
I am the several endings
The pain of the slow evil of an unsung life

Decades, make them matter
Myriad tales shall befall on you
Before the even ballad of our stay

Walk with me to your sea

Someone in the tomorrow
Is waiting for me
Someone to share the Thief with
Dust with a meaning
Precious and rare

An unscarred land
Unsung yarn
Unborn child
Await my touch, the luck of the draw
Enter now
Come
Here is life

Endlessness

Soon, beyond the fields you've come to know
You will join the silent flow
Follow me, I am the spark
At the end of everything

Tip the reaper to ensure
The blade is sharp
As soon we'll go
Follow me into the dark
To the birth of everything

All The Works Of Nature Which Adorn The World

Vista

“There is pleasure in the pathless woods, there is rapture in the lonely shore, there is society where none intrudes, by the deep sea, and music in its roar; I love not Man the less, but Nature more.”
- Lord Byron, Childe Harold’s Pilgrimage

Ad Astra

"Look again at that dot
That's here. That's home. That's us
On it everyone you love, everyone you know, everyone you ever heard of, every human being who ever was, lived out their lives
The aggregate of our joy and suffering, thousands of confident religions, ideologies, and economic doctrines, every hunter and forager, every hero and coward, every creator and destroyer of civilization, every king and peasant, every young couple in love, every mother and father, hopeful child, inventor and explorer, every teacher of morals, every corrupt politician, every "superstar," every "supreme leader", every saint and sinner in the history of our species lived there... on a mote of dust suspended in a sunbeam.
That's here. That's home. That's us"
- Carl Sagan, Pale Blue Dot, 1994

Musique

Avant toi
Ma maison était dans le vent et le ressac
Les oiseaux et la pluie, les voix des aurores boréales

Puis tu es arrivée
Je t'ai rejoint au-delà des éons
Quand tu as soufflé dans ton os d'ours des cavernes
Et a commencé à fredonner

Eradique le tourment d'un cœur lourd
Émancipe les sourds
Chante l'élégante troisième partie

Puis orchestre un air
Que tu sois le seul à chanter
Chéris-le
Il est toujours là pour t'aider à comprendre les étoiles
Pour entrer (dans)

La musique
Attisant les flammes d'un mystère
Approfondissant l'écoute
Vous perdant
dans la symphonie sans fin
De maintenant

Tu veux rêver ?
Vous voulez un conte de grande envergure ?
Tu veux quitter le village,
Pour danser avec Pan ?

Peux-tu entendre le courageux
Tambour des landes ?
Suis le rythme
Et laisse le bruit derrière si nous sommes amants

La performance commence,
Rejoins le rassemblement
Et tu repartiras avec un arrière-goût de fleur sauvage

Deviens le genre de personne qui
Rit encore des papillons
Fais une place pour moi en toi jusqu'au final
Merci et bonne nuit

La musique
Attisant les flammes d'un mystère
Approfondissant l'écoute
Vous perdant
dans la symphonie sans fin
De maintenant

Humain
Chantant l'histoire d'un autre homme
Avez-vous déjà entendu
La musique
Elle vient, elle vient, elle vient vers vous
La toute première chanson

Ici, je suis le silence du son
Guérissant le spectacle commun
Pour la chanson stable
Là-bas, je saluerai la foule avide
Mais je ne chanterai jamais, jamais pour eux

Tick-tock, le temps s'arrête
Suis-moi dans le brouillard
Au sommet de la colline
Suis l'appel vêtu de ciel
Évoque le fredonnement
Attire les sirènes

Il a suffi de
Temps et de silence

Bruit

Désire la machine
Vénère l’écran
Zoom sur les critiques et le désespoir
Perds des pixels de sang

Prends un selfie
Pose pour les morts
Profite d’une expérience de vie imminente
Dans une matrice d’air chaud

Tu es maintenant une star
Un avatar égocentrique
Qui nourrit la bête
Dans ton Egoland bruyant

Tu es devenu
Outil de l’outil
Les vampires numériques
Te disent
« Ferme-la et danse ! »

Colore une histoire et les foules se rassembleront

Bruit
Venant d’un monde sans soleil
Ton miroir est noir, seule une copie fixe du regard
Un esclave du Meilleur des mondes
Bruit
Pour leurrer la voix humaine
Cerveau insomniaque, paranoïaque
Interminable bruit

Pitié, aime-moi
Regarde comme je saigne
Pitié, endure
J’ai tant d’empathie en moi

Bourdonnement, bruit, bourdonnement
Joliment paralysé
Prélève l’air silencieux
Pour y trouver du sens

Par une charogne
Triste hologramme
Perdu dans le labyrinthe
Ce sentiment de réel et d’humanité

Le coucher de soleil est libéré
De cette divinité
La Terre a une vraie voix
Sors et trouve là

Je vais suivre

Colore l’histoire et les foules se rassembleront

Délecte-toi à la vue du miroir noir
Nourris la bête, rejoins le rassemblement
Raconte une histoire
Le festin des peurs se rapproche

Au-delà de l’horizon humain
Quelque chose de terrifiant dort

Shoemaker

Maintenant tu as été bordé
Pour (voir) d'infinis levers de Terre et un émerveillement éternel
Un navigateur à travers les éons
Une histoire inédite
Hurlant à la Terre
Tout le cimetière des cieux rien que pour toi
Un navire qui est rentré chez lui

Tu es avec nous, visage de la nuit
Chantant tout le matin pour l'humanité
Je veux chanter avec toi
Tu es à la maison maintenant, toi qui rêvais d'extérieur
Comme pour toute les créatures qui rêvent
Nous voulons venir avec toi

Ici je suis venu
Votre portée au loin
Sur la mer stellaire
Coupé en petites étoiles

Nous attendons tous la nuit méritée
La beauté qui vaut la souffrance
Nous venons te rejoindre
L'espoir ravivé pour toute une vie
Pour ranimer l'étincelle humaine
Amoureuse de la nuit

Maintenant tu as été bordé
Pour (voir) d'infinis levers de Terre et un émerveillement éternel
Un navigateur à travers les éons
Une histoire maintenant connue
Hurlant à la Terre
A toi appartient toute la carte des cieux
De myriades de fins

Nous sommes venus ici pour être
Une étape vers l'infini
Sur la mer stellaire
Coupé en petites étoiles
Appellant avec le son
D'un dulcimer onirique
Nous sommes venus ici pour rester
Avec ta lumière qui nous guide

"Et, quand il sera mort
Prends-le et coupe-le en petites étoiles,
Et il rendra la face du ciel si splendide
Que tout l'univers
Sera amoureux de la nuit
Et refusera son culte à l'aveuglant soleil."
– W. Shakespeare, Roméo et Juliette

Loué sois-tu
Jusqu'aux étoiles

Récolte

Ma récolte viendra
Minuscule paille valeureuse
Parmi les millions
Qui font face au soleil
Je m’arrêterai devant un homme
Dont le chemin commence à peine
Quelque chose de méconnu approche

Le système quaternaire
Donna une rose à l’Humanité
Pour que nous voyions la belle mourir
L’étrange tranquillité de la tempête
Survole les cultures
Et le visage embrasé d’un enfant devant la faux

Rejoins la récolte des centaines de champs,
Copieux et dociles,
Qui viennent tous d’un seul et même grain
Illumine le jour qui arrive
Suscite une vocation chez un enfant
Arrose le champ, abandonne-toi à la terre

Ils ont une beauté au-delà de toute poésie
Mais choisissent une désolation silencieuse
Plus leur mer est profonde, moins il en reste
Ils trouveront les jolis mots
Et apprivoiseront les animaux pour en faire des troupeaux
Ça ou une débauche d’audace

Rejoins la récolte des centaines de champs,
Copieux et dociles,
Qui viennent tous d’un seul et même grain
Illumine le jour qui arrive
Suscite une vocation chez un enfant
Arrose le champ, abandonne-toi à la terre

Arrive vivant

Pan

Il était une fois une toile silencieuse
Des histoires jamais imaginées dormant
La naissance des "et si", de l'espoir et de l'émerveillement
Les vents seront nommés, les mots seront un abris

Puis, quelque chose de mauvais s'est approché
Leur a montré un chemin vers la grande évasion
Évoque les mondes, a fait une étincelles dans le cerveau
Un grand singe impressionné devant une porte

Vers le labyrinthe
Vers Keystone Earth
Vers les étoiles déchues
Vers là-bas et de retour (à la maison)

Nous sommes les écrivains
D'une autre façon d'être
Nous sommes les écrivains
De tout ce qui nous rappelle la maison

Un moment seul
Avec l'inconnu
Réinitialise le monde
Imagine la maison
Un besoin primordial
De toucher les étoiles
Le seul chemin
Pour entrer

Imaginez la musique, la danse, l'illusion
Contes de poussière, de l'homme dans la lune
La dame de la mer, de la neige, du verre, des pommes
Ce sont des histoires qui ont construit les cathédrales

Puis, quelque chose de mauvais s'est approché
Leur a montré un chemin vers la grande évasion
Évoque les mondes, a fait une étincelles dans le cerveau
Un grand singe impressionné devant une porte

Un moment seul
Avec l'inconnu
Réinitialise le monde
Imagine la maison
Un besoin primordial
De toucher les étoiles
Le seul chemin
Pour entrer

Pour te perdre
Pour découvrir qui tu es
Suis ton histoire, souviens-toi de ton nom
Entre dans les bois
Tir na Nog
Et ramène le bien

Une scène de théâtre bleu pâle
Une fête de belles tragédies, de merveilleuses fantaisies
A toi d'écrire la pièce
A toi de vivre
Que la nuit soit imaginé par un dramaturge

Comment va le coeur ?

Nous voyons une mère sans enfant
Nous rencontrons un étranger pauvre, exilé
Comment va le cœur tant qu’il bat encore?
Demande à un personne
Un autre anonyme

Le chagrin se cache bien dans ta coquille
Un frère homme avec des blessures à revendre
Mon cher,
Me voici pour partager la peur
Un acte de gentillesse
Sans un amen

Comment va le coeur
Sous le silence ?
Comment va celui
Qui se noie dans la boue ?
Laisse-nous chanter un hymne humain
Entre, le feu est chaud
Brûle la corde et danse encore

Nous nous sommes rencontrés là où la falaise rencontre la mer
Nous avons partagé une histoire, fait le grand saut
On s'est levé, pris racine et on a caché une note
Tu sais où
Tu y es allé

Maintenant, il y en a un qui vient de moi
Un enfant de lumière, un autre conte
Mon cher,
La nuit viendra mais ne restera pas
Pourquoi ?
La réponse est dans le

Comment va le coeur
Sous le silence?
Comment va celui
Qui se noie dans la boue ?
Laisse-nous chanter un hymne humain
Entre, le feu est chaud
Brûle la corde et danse encore

Bon vent mon amour
Vole vers le calme
Vole complètement perdu
Vers un cœur qui bat

Comment va le coeur
Sous le silence ?
Comment va celui
Qui se noie dans la boue ?
Laisse-nous chanter un hymne humain
Entre, le feu est chaud
Émousse la lame et danse encore

Procession

Une Terre berceau, des horizons jamais vues
Nouveau monde assoiffé, pour les arcanes
Nous sommes, les chanteurs des disparus
Nous nous souvenons, alors qu'est arrivée la vie

Une Terre berceau, des horizons jamais vues
Naissance d'un, et d'une infinité de spectacles mineurs
Nous sommes, nous étions et ne serons pas
Nous nous souvenons, alors qu'est arrivé le gland

Une autre naissance, un autre vert mousse
Nouveau monde assoiffé, pour l'invisible
Un zoo vide, une veillée étoilée
Nous aurons une visite, alors qu'est arrivé le battement de coeur

Une autre naissance, un autre monstre
Formes infinies, vers le plus fort
Ménagerie, d'un nouvel ordre mondial
Nous avons retenu notre souffle, alors qu'est arrivée la souffrance

On se souvient, père Pikaia
A tracé la voie, Alors qu'est arrivé Sapien
La Terre Berceau, accueillant son nouveau-né
Des éons depuis ce tout premier gland

Ensemble maintenant, dans cette parade intemporelle
Le mensonge vivant, mort de peur
Puis ils ont vu la lune, et y ont trouvé de l'intérêt
Nous nous souvenons, alors qu'est arrivée l'écriture

De tels mondes étaient là, les zoos à nouveau morts
Après tout, nous n'aurions jamais dû apparaître
Le vaisseau spatial Terre, à travers les champs du temps
Ils ont compris, alors qu'est arrivée la sagesse

Nous sommes ici depuis un moment
À la fin de Pi, alors qu'est arrivée la récolte

Nous nous souviendrons de toutes les souffrances
Nous avons écrit cela dans une langue que vous comprendrez
Mots et mélodies avec une touche de couleur
Nous étions là et nous nous souviendrons de l'humanité
Notre famille
Il y a des éons

Tribal

10000 contes pour les curieux
Bazar des cieux pour une mentalité de troupeau

Abraham coupé en trois
L'homme a trouvé des dieux et a commencé à prêcher

La souffrance aime la foi aime la souffrance
Souriez aux aînés comme une bonne poupée
Repentez-vous, acceptez, séparez-vous
Suce la langue aurée (dorée)

Chantez les louanges de votre création
Dots, crimes de pensée, esprits aveugles
Le mot cache des monstres bien réels
Pour coucher avec la démangeaison tribale

Infini

Je suis celui que vous appelez le Voleur
Univers, vers vide, corbillard bondé
Je suis un havre de paix au bord d'un ruisseau invisible

Je chanterai l'aube avec toi
Maintenant que tu as une voix
Mariée de la Terre parmi les charognards

Marche avec moi jusqu'à ta mer

Quelqu'un du demain
M'attend
Quelqu'un avec qui partager le Voleur
De la poussière avec de l'importance
Précieuse et rare

Je suis l'herbe, les asticots et la poussière
Je suis les multiples fins
La douleur du lent mal d'une vie non célébrée

Des décennies, faites-les compter
Une myriade d'histoires vous arriveront
Avant la ballade régulière de notre séjour

Marche avec moi jusqu'à ta mer

Quelqu'un du demain
M'attend
Quelqu'un avec qui partager le voleur
De la poussière avec de l'importance
Précieuse et rare

Une terre intacte
Fils méconnus
Enfant à naître
Attends mon contact, la chance du tirage au sort
Entre maintenant
Viens
Voici la vie

Infini

Bientôt, au-delà des champs que tu as appris à connaître
Vous rejoindrez le flux silencieux
Suis-moi, je suis l'étincelle
À la fin de tout

Inclinez la faucheuse pour vous assurer
Que la lame est tranchante
Dès que nous partirons
Suis moi dans le noir
Jusqu'à la naissance de tout

Toutes Les Oeuvres De La Nature Qui Ornent Le Monde

Vista

"Il y a du plaisir dans les bois sans chemin, il y a du ravissement dans le rivage solitaire, il y a de la vie là où personne ne dérange, près du grand large, et de la musique dans son rugissement; je n'aime pas l'homme moins, mais la nature plus."
- Lord Byron, Childe Harold’s Pilgrimage

Ad Astra

"Regarde à nouveau ce point.
C'est ici. C'est notre maison. C'est nous.
Sur lui tout les personnes que vous aimez, toutes les personnes que vous connaissez, toutes les personnes dont vous avez entendues parler, chaque être humain qui a jamais vécu, y a vécu sa vie.
L'ensemble de nos joies et de nos souffrances, des milliers de religions confiantes, d'idéologies et doctrines économiques, chaque chasseur et cueilleur, chaque héros et lâche, chaque créateur et destructeur de civilisation, chaque roi et paysan, chaque jeune couple amoureux, chaque mère et chaque père, enfant plein d'espoir, inventeur et explorateur, chaque professeur de morale, chaque politicien corrompu, chaque "superstar", chaque "chef suprême", chaque saint et pécheur de l'histoire de notre espèce y ont vécu... sur une motte de terre en suspension dans un rayon de soleil.
C'est ici. C'est notre maison. C'est nous"
- Carl Sagan, Pale Blue Dot, 1994