Paroles de “Human. :||: Nature.”

Single Image

Human Nature

Music
Noise
Shoemaker
Harvest
Pan
How's The Heart?
Procession
Tribal
Endlessness
All The Works Of Nature Which Adorn The World

Noise

Crave the machine
Revere the screen
Zoom in for flak and misery
Bleed some pixels

Shoot yourself
Pose for the dead
Have a near-life experience
In a hot air matrix

Now you're a star
Vain avatar
Feeding the beast
In your loud Egoland

You have become
Tool of a tool
Digital ghouls
Telling you to
Shut up and dance!

Color a yarn and the crowds will gather

Noise
From a sunless world
Your mirror is black, only a copy stares back
At a slave of brave new world
Noise
To decoy the human voice
Brain insomniac, paranoiac
Endless noise

Please love me
See how I bleed
Please endure
I have such empathy in me

Hum, noise, hum
Beautifully numb
Tapping the quiet air
To have a meaning

By a carrion
Sad hologram
Lost in the maze
The real and human feel

Sunset is free
From this deity
The Earth has a real voice
Go out and get in

I will follow

Color a yarn and the crowds will gather

Feast your eyes on the black mirror
Feed the beast, join the gathering
Tell a tale
Feast of fears is drawing nearer

Beyond the human horizon
Something terrifying sleeps

 

Harvest

My harvest will come
A tiny valorous straw
Among the millions
Facing to the sun
I will pause before a man
Whose path has just begun
Something unsung our way comes

The quaternary code
Gave mankind a rose
So we could see the beautiful die
The strange peace of storm
Hovers over crops
And a child's face aglow before the scythe

Join the harvest of hundred fields
Hearty and tame
All going back to one single grain
Offer light to the coming day
Inspire a child
Water the field, surrender to the earth

They have beauty beyond all poetry
But choose a silent misery
The deeper their sea, the less remains
They'll find the pretty words
And tame flocks to herd
There's that, or a carousal of dare

Join the harvest of hundred fields
Hearty and tame
All going back to one single grain
Offer light to the coming day
Inspire a child
Water the field, surrender to the earth

Arrive alive

Bruit

Désire la machine
Vénère l’écran
Zoom sur les critiques et le désespoir
Perds des pixels de sang

Prends un selfie
Pose pour les morts
Profite d’une expérience de vie imminente
Dans une matrice d’air chaud

Tu es maintenant une star
Un avatar égocentrique
Qui nourrit la bête
Dans ton Egoland bruyant

Tu es devenu
Outil de l’outil
Les vampires numériques
Te disent
« Ferme-la et danse ! »

Colore une histoire et les foules se rassembleront

Bruit
Venant d’un monde sans soleil
Ton miroir est noir, seule une copie fixe du regard
Un esclave du Meilleur des mondes
Bruit
Pour leurrer la voix humaine
Cerveau insomniaque, paranoïaque
Interminable bruit

Pitié, aime-moi
Regarde comme je saigne
Pitié, endure
J’ai tant d’empathie en moi

Bourdonnement, bruit, bourdonnement
Joliment paralysé
Prélève l’air silencieux
Pour y trouver du sens

Par une charogne
Triste hologramme
Perdu dans le labyrinthe
Ce sentiment de réel et d’humanité

Le coucher de soleil est libéré
De cette divinité
La Terre a une vraie voix
Sors et trouve là

Je vais suivre

Colore l’histoire et les foules se rassembleront

Délecte-toi à la vue du miroir noir
Nourris la bête, rejoins le rassemblement
Raconte une histoire
Le festin des peurs se rapproche

Au-delà de l’horizon humain
Quelque chose de terrifiant dort

 

Récolte

Ma récolte viendra
Minuscule paille valeureuse
Parmi les millions
Qui font face au soleil
Je m’arrêterai devant un homme
Dont le chemin commence à peine
Quelque chose de méconnu approche

Le système quaternaire
Donna une rose à l’Humanité
Pour que nous voyions la belle mourir
L’étrange tranquillité de la tempête
Survole les cultures
Et le visage embrasé d’un enfant devant la faux

Rejoins la récolte des centaines de champs,
Copieux et dociles,
Qui viennent tous d’un seul et même grain
Illumine le jour qui arrive
Suscite une vocation chez un enfant
Arrose le champ, abandonne-toi à la terre

Ils ont une beauté au-delà de toute poésie
Mais choisissent une désolation silencieuse
Plus leur mer est profonde, moins il en reste
Ils trouveront les jolis mots
Et apprivoiseront les animaux pour en faire des troupeaux
Ca ou une débauche d’audace

Rejoins la récolte des centaines de champs,
Copieux et dociles,
Qui viennent tous d’un seul et même grain
Illumine le jour qui arrive
Suscite une vocation chez un enfant
Arrose le champ, abandonne-toi à la terre

Arrive vivant